Série: Episode #11: "Zoé veut devenir dentiste!"

19/03/2018

Merci à Minibulle pour ses recherches sur le net afin de trouver l'image parfaite!

Je n'ai rien vu venir ! Imaginez un peu ça ! Zoé veut devenir dentiste! Pourtant, cette journée avait commencé comme toutes les autres !

Il est environ onze heures trente quand mon portable sonne. Affalée à mon bureau, la tête entre les mains devant un mémo à rédiger pour mes dentistes, je manque de peu de rater l'appel. J'attrape mon téléphone in extrémis, sans même regarder de qui provient l'appel. De toute façon à cette heure-là, ça ne peut être qu'Amoureux ou une de mes Spices girls, vous savez, la bande de psychopathes qui ont failli m'assassiner à coup de cocktails le soir de mon EVJF ? Nous sommes à quelques jours du mariage, alors les choses s'emballent un peu, et elles m'appellent plus ou moins 3 fois par jour... Chacune !

Je décroche donc sur le ton un peu mou de celle qui est au bout de sa "VDB" vie de bureau, avec ma petite phrase habituelle : C'est pas moi! 

Je sais, je ne suis pas drôle, mais je n'y suis pour rien si tous m'encouragent en riant à chacun de leurs appels, et ce depuis des années. Du coup moi, je me sens un peu comme quelqu'un qui met une pièce dans une machine à sous, et qui ramasse le jackpot à chaque fois. Pourquoi arrêterais-je d'y glisser ma pièce !

Seulement aujourd'hui, le retour n'est pas du tout celui escompter, et il me faut un peu de temps pour redescendre sur terre.

- Madame Morette?

- Hum. Pardon?

- Madame Morette? Je suis la directrice de l'école l'arc-en-ciel. Vous êtes bien la maman de Zoé ?

Mon cœur bat beaucoup trop vite. Que se passe-t-il ? Avant même de parvenir à placer un timide Oui, c'est moi, les pires scénarii défilent dans ma tête.

On l'a kidnappée, un mec chelou, avec un imper et rien en dessous, brrrrr, je secoue la tête pour effacer ces images, qui étrangement, me sont apparues en bande dessinée.

Elle s'est enfuie ! Elle a décidé de partir vivre au manège des chevaux malgré notre refus catégorique, à papa et moi, sous prétexte qu'elle risquait de prendre froid, je sais, nous sommes lâches.

Un petit imbécile frimeur et mal dans sa peau d'un mètre douze l'a frappée ? A moins que ce ne soit elle, qui ait frappé un petit imbécile frimeur et mal dans sa peau d'un mètre douze ? Cette idée me fait esquisser un sourire en coin.

- Ne paniquez pas (sic) articule exagérément la directrice à l'autre bout du fil.

Ne paniquez pas ? Vraiment ? Tu m'appelles de l'école de Zoé, à onze heures trente et tu me demandes de ne pas paniquer ? Faudrait voir à modifier tes phrases d'accroche hein !

- Mais que se passe-t-il ? Finis-je par balbutier tant bien que mal.

- Zoé va bien madame, seulement, elle a chuté.

- Elle a chuté ?

- Elle est tombée.

Mais elle me prend pour une cruche elle ou quoi ?

- Oui, bien sûr! Je sais ce que veut dire chuter ! Je vous demandais plus de précision sur son état, sur les faits, tout-ça-tout-ça quoi !

- Pouvez-vous venir la chercher ? Elle va bien, mais elle a beaucoup saigné !

Je manque de m'évanouir

- Beaucoup saigné ???

- Oui, ne vous inquiétez-pas, venez juste la prendre pour faire un petit tour aux urgences, par acquis de conscience.

En arrivant à l'école, j'apprends enfin que le fameux petit imbécile frimeur et mal dans sa peau d'un mètre douze l'a poussée-sans-faire-exprès ouais, à d'autres, et qu'elle a atterri les dents les premières sur le banc de la cour de récré.

Nous filons donc à l'hôpital, d'où nous ressortons deux heures plus tard, avec un grand sourire, deux gants de chirurgiens gonflés comme des pis de vache, et un masque du même chirurgien, qui a des vertus magiques, et qui a beaucoup soulagé Zoé, si bien qu'avant même d'arriver à la maison, sa chute était l'histoire ancienne. 

A l'arrivée d'Amoureux, Zoé nous réunit tous les trois, papa, Monsieur chat et moi, pour nous raconter à quel point elle a été courageuse, et nous informer de son souhait de devenir dentiste.

- C'est chouette non maman? Comme ça tu pourras travailler pour moi!

Ben ça alors ! Mes dentistes et moi, on a rien vu venir !