Série: Episode #22 "Fille ou garçon?"

04/06/2018

N'hésitez pas à m'envoyer vos idées de titres ! S'ils m'inspirent, j'en ferai un épisode !

Nous n'avons rien venir ! Une fois de plus, cette journée avait commencé comme toutes les autres !

C'est ce soir que nous avons rendez-vous chez la gynécologue, Amoureux, Zoé et moi. Je suis excitée comme une puce de cirque, mais ce n'est rien à côté de l'état de Zoé quand je l'ai déposée à l'école ce matin ! Nous allons enfin connaître le sexe du scampi, et je suis prête à parier qu'elle sera incapable de me répéter le moindre mot prononcé par la maîtresse aujourd'hui tant son esprit n'est préoccupé que par ça , et ce,  depuis quarante-huit heures !

Deux jours (et presque deux nuits) de « Dis m'maaaaaan, si c'est une petite sœur je pourrai la coiffer quand tu rentreras ? » « Dis m'maaaaaan, je pourrai lui prêter ma robe de princesse, celle qu'on avait achetée pour le mariage de tata Solenne ! » « Dis m'maaaaaan, si c'est un petit frère, tu lui diras qu'il n'entre pas dans MA CHAMBRE sans frapper hein m'man ! »

Je suis un peu trop fatiguée ces derniers jours pour tenter de sonder si elle pense vraiment qu'il sortira de mon ventre programmé au même âge qu'elle aujourd'hui... Sans compter que si c'était le cas, cela nous embarquerait sur une pente glissante... Je me contente donc lâchement de lui sourire, voire de rire, ou plutôt de glousser, comme la « dinde » du sketch de Florence Foresti !

Quand Amoureux arrive à la maison, il a lui aussi sur le visage son sourire numéro dix-huit. Il ne le sort que très rarement. Uniquement pour les grandes occasions ! Il le portait le jour de sa magnifique demande en mariage, mais aussi le jour J, ou quand je lui ai appris qu'il allait être papa, les deux fois, et bien sûr, le jour de l'arrivée de Zoé dans notre vie, bien que je ne sois pas sûre que ce jour là il n'ait pas opté pour le numéro vingt ! Le même, mais encore un poil plus béat !

Que j'aime le voir comme ça mon Amoureux ! Mon beau, mon grand, mon formidable et incroyablement courageux Amoureux. Surtout que ces derniers temps, il semble que les choses soient un peu compliquées à l'agence. On l'envoie régulièrement à Bordeaux pour y donner des formations, et il ne vit pas très bien l'idée d'être loin de moi pendant la grossesse. Mais le boulot c'est le boulot, et nous sommes tous deux tout à fait conscients que ce ne serait pas le moment de le perdre. Alors croyez-moi, un numéro dix-huit en ces circonstances, c'était inespéré !

A peine le temps de me délecter de ce précieux instant que nous devons filer chercher Zoette à "l'arc-en-ciel" afin de ne pas être en retard chez le médecin. La clinique est extra mais, comme à l'école, c'est l'enfer pour s'y garer !

Dans la voiture, c'est au tour de mon homme de passer en revue les différentes possibilités qui s'offriront à lui selon le sexe de mon locataire temporaire. Me voilà donc partie pour vingt minutes de Et si c'est un garçon on pourra jouer à la console, jouer au foot, je lui parlerai des filles, et je l'emmènerai boire des coups... Et si c'est une fille, aaaaaaah si c'est une fille... Une fifille-à-son-papa. Je serai à jamais l'homme de sa vie. C'est bien ça aussi! Non ? chérie ? Qu'est-ce que tu en penses ?

J'ai très envie de lui répondre que pour l'instant, moi, tout ce que je pense c'est que j'ai hâte qu'il-ou-elle déménage parce que je commence à ressembler à la maman de Dumbo, qui, j'en suis sûre, se foutait complètement de savoir s'il elle mettrait au monde un garçon ou une fille POURVU QUE CA SORTE !

A notre arrivée à l'école, mon petit cup cake aux cerises est planté devant la grille, le visage appuyé entre deux barreaux, une main de chaque côté de son adorable minois. Il ne manque que l'affiche « WANTED ! 200.000$ »

Nous embarquons la mini délinquante, et s'en suite un match digne de Wimbledon, opposant « Amoureux Federer » et « Zoette Nadal », de la voiture à la salle d'attente. Oui mais si c'est une fille on pourra... Oui, mais si c'est un garçon on ne devra pas... Hashtagfilezmoiunélastiquequejemepende

Ce n'est qu'au moment où le petit cœur se fait enfin entendre que tout le monde se calme. J'en profiterais bien pour faire une sieste éclair mais bon... Après tout ce que je viens d'endurer, ce serait dommage de rater le verdict !

Nous sommes tous les trois pendus aux lèvres botoxées de la gynéco, wooow, très botoxées, my god, on dirait un matelas pneumatique ! Bref, elle fronce les sourcils et tire la langue qu'on distingue à peine entre ses deux zodiaques du coup, comme un enfant qui tente de ne pas dépasser en coloriant.

Et d'un coup, ses bouées prennent la forme de bananes ! Je crois qu'elle sourit ! Elle tourne son regard vers nous. Nos cœurs battent à l'unisson avec celui du bébé. Oui, bon, presque, n'exagérons rien smiley-yeux-en-étoiles.

- Vous voyez là ? lance-t-elle très sûre d'elle en montrant son écran.

- Euh... répondons-nous en chœurs, la mine déconfite.

- Là. Le petit bitoniau làààààà !

Elle regarde Zoé droit dans les yeux.

- Tu vas avoir un petit frère ma jolie !

Woaw ! Un petit gars ! Nous allons avoir un petit garçon ! C'est dingue ! J'ai plus de mal qu'Amoureux à retenir mes larmes. Nous allons avoir un petit mec ! Et soudain, oust les si-c'est-une-fille ! C'est comme si depuis le début, nous avions souhaité, non, espéré, un garçon !

C'est fou ! La vie est bien faite, et une fois de plus... Aucun de nous n'a rien vu venir !