Série: Episode #30: "Je n'ai rien vu venir: Le premier rencard de Solenne"

31/07/2018

Je n'ai rien vu venir. Solenne et les filles non plus d'ailleurs. Elle a fait sa première rencontre, et cette dernière s'est avérée comment dire... Inattendue ? Mais il faut dire que pour une fois, la journée n'avait pas tout à fait commencé comme toutes les autres !

Ce matin, Solenne s'apprête à faire sa première cyber-rencontre. Enfin, quand je dis cyber-rencontre ce n'est pas tout à fait exacte en fait. Disons qu'elle est sur le point de passer de la rencontre virtuelle, celle ou tout le monde se montre sous son meilleur profil, à la rencontre en live, le rendez-vous en chair et en os, la confrontation ultime. Et croyez-moi sur parole, la surprise a été totale pour tout le monde.

Nous avions convenu d'un rendez-vous à dix-huit heures avec Armando. En voilà un prénom qui fleur bon le soleil et la maaaaammmma-jamais-satisfaite-de-la-chérie-de-son-fils-si-tellement-trop-bien-pour-elle.

Bref, nous avions donc prévu un petit moment, tranquillement installées à une terrasse devant un verre, parce que voyez-vous, ça permet de filer très vite si la déception pointe le bout de son nez, ou de prolonger devant un bon petit repas, si au contraire, le courant passe bien.

Oui, j'ai bien dit nous... La rencontre prévue avec le « parfait Arthur » étant tombée à l'eau la semaine dernière, à la suite d'une excuse aussi mensongère que tardive, ma tendre complice avait au moins compris que tout n'était pas rose dans le monde de l'amour virtuel et consenti à ce que nous nous joignions à elle, en douce. Le soi-disant-parfait-et-respectueux-beau-gosse avait annulé biiiim, par sms baaaaam, la classe à Dallas le Arthur hein ! Et tout ça, alors que Solenne était déjà installée sur la terrasse du café du onzième dans lequel il lui avait donné rendez-vous. Une médaille de la goujaterie pour le jeune homme siouplé !

Nous avons donc fixé rendez-vous au beau méditerranéen dans notre QG cette fois, celui-là même ou quelques années plus tôt, nous dansions sur les tables, et où Solenne chantait à tue-tête : Elle va s'marieeeeer... Hip... Elle va s'marieeeeer... Elle va... Elle va... Hip... Elle va... Hip... S'marieeeeeeeeeeeer !

Loin de nous l'idée de nous attabler avec eux, mais le concept est donc de nous asseoir pas trop loin, à une autre table, histoire de ne pas en perdre une miette et de pouvoir intervenir en cas de besoin. Solidarité féminine oblige !

Mais revenons d'abord à cette journée qui n'a carrément pas commencé comme les autres cette fois.

En vue de son entrevue du soir, So, le reste de la clique et moi devions nous retrouver aux Thermes. Une bonne matinée de détente entre filles. What else comme dirait l'autre, mmmmh, ça c'est du beau gosse dont on ferait bien son quatre heures, ou son cinq heures, où son six heures ou... Bon, d'accord, je m'emballe là. Hashtagleshormonestoujoursleshormones

Arrivée en meute donc devant notre SPA favori, avec en tête l'assaut des saunas, jacuzzis et autres hammams, nous sommes stoppées net par un panneau placardé sur la porte d'entrée.

Les thermes seront exceptionnellement fermés ce samedi quatre juillet.

Quoi ? Comme ça ? C'est tout ? Au moins on ne peut pas leur reprocher d'inventer des excuses bidons... à EUX !

Légèrement tendues, et un peu ronchons, nous décidons de nous rendre à la piscine du sixième, en essayant de nous convaincre que ce sera toujours mieux que rien.

Quand nous arrivons il est évident qu'elle est ouverte, ouf ! Mais nous nous apercevons très vite qu'il y a bien plus de monde que d'habitude. Ce que nous n'avions pas du tout prévu, c'est que ce jour-là, se tenaient les vingt-quatre heures Swim-and-run-and-j'sais-pas-quoi, et que seuls les inscrits y avaient accès.

De plus en plus énervées et carrément grincheuses, assommées par quelques km à pieds et un bon 34°C à l'ombre, nous tenons donc une séance boite-à-idées exceptionnelle au milieu du parking, à l'issue de laquelle nous décidons de rentrer chez So pour y avaler des sushis et des mojitos fraises, pour les filles, une pizza, un cake au chocolat, peut-être bien un morceau de tarte aux cerises, des madeleines, des frites ? Et un grand verre de lait pour moi. Hashtagjesuispaségoïstejepenseànourriramaury

C'est en entrant chez "Da Sylvio", la pizzeria qui jouxte l'immeuble de Solenne, que la journée à pris une toute autre tournure.

Vous avez déjà assisté à l'arrivée d'un troupeau de nanas, un poil vénères, mais toujours très excitées par la finalité de leur journée, et mortes de faim en prime ?

Eh bien je pense que pour Lem... ? Lemmi... ? Lek ? Lemminkaaïnen, si, j'vous jure que c'est vraiment son prénom, pour Lek... Lekki... ? Grrrrrrr, Lemminkaaïnen donc, tout indiquait que c'était la première fois.

Zyeux exorbités, regard perplexe, et c'est pas évident avec des yeux en dehors de leurs orbites, mâchoire à hauteur des genoux, et petit filet de bave au coin de la bouche. Bon d'accord, pas de bave mais franchement, on était à ça... !

Malgré son air éberlué, Lem[1], le beau Finlandais, est carrément canon ! Et je ne suis pas la seule à le penser. Même pas le temps de commander que So passe à l'attaque, de sorte que nous ressortons de là avec ma pizza, assez d'infos sur lui pour écrire sa biographie sans jamais le revoir, son numéro, et un joli petit rdv le soir même, pour Solenne.

Alors là, aucune d'entre nous n'a rien vu venir. Solenne a son premier rencard.
Fin-land 12 points. Et j'ai hâte de vous écrire le prochain minisode pour savoir où va nous mener cette histoire !


[1] Note de l'auteure qui ne parle pas le Finlandais : Ouais, on est bien d'accord, je ne vais pas passer un demi minisode à tenter de prononcer son prénom