Série: Episode #7: "Je n'ai rien vu venir: EVJF. Quelle cuite!"

07/03/2018

Merci à Julien à nouveau pour ce titre! Et n'hésitez pas vous aussi à me proposer un titre! ==> "Je n'ai rien vu venir - TITRE" 

Plus que jamais, je n'ai rien vu venir ! D'ailleurs, j'ai encore du mal à me souvenir de tout ce qui est arrivé ! Imaginez un peu ça ! J'ai fêté mon Enterrement de vie de jeune fille ! Quelle cuite ! C'est dingue ! Pourtant, ma journée avait commencé comme toutes les autres ! Enfin, je crois ?

Dix heures trente. Coup de sonnette. Mon amoureux est parti déposer Zoé chez ma maman. C'est aujourd'hui que, lui et moi, fêtons, séparément bien sûr, nos enterrements de vie de jeune fille et de garçon.

Nous nous préparons à vivre nos dernières nuits de « célibataires » ! Légalement parlant en tous les cas. Pour le reste, il y a bien longtemps que nous partageons la même couche ! Comme dirait ma mamie, nous nous fréquentons maintenant depuis un moment. Nous avons passé le cap des trois semaines, celui des trois ans, et nous apprêtons avec brio, à passer celui des sept ans. Avec à la clef, une preuve d'amour colossale, que dis-je, titanesque, même si je croise les doigts pour éviter de me prendre un iceberg en pleine figure, j'ai nommé : Le mariage !

Coup de sonnette donc. J'ouvre. Personne. Je remarque une petite enveloppe à mes pieds.

Sois prête à quatorze heures. 
Enfile un jeans et un t-shirt blanc. 
Prépare un sac avec une tenue de soirée. 
Signé : Cats eyes (Naaan, on déconne ! Signé: Les filles)

A mi-chemin entre l'excitation d'une adolescente, de sa mère, et de la mère de sa mère avant un concert de Patriiiiiiiiiiiiiiiique, et le stress d'un oral de philo, je m'exécute.

Je saute dans ma douche.

Lavage intérieur & extérieur (Mais ça suffit oui !?! Les dents et le corps ! A quoi pensiez-vous !?). Shampouinage parce que je le vaux bien. Rasage de jambes parce que I'm your Venus. Coiffage approxima-tif. 
Et enfin, fouilles archéologiques dans mon armoire pour y dénicher un vestige de robe à paillettes.

Treize heure cinquante-sept. Je suis prête ! Prête à...
Prête à quoi d'ailleurs ? Pendant les quelques minutes qui me séparent de l'arrivée de mes pineco, j'imagine le pire et le meilleur. Tiens, cette phrase me parle !

Après avoir passé deux heures, sur la place de la Bastille à faire dédicacer mon t-shirt blanc à même le corps, en échange d'un baiser à poser au même endroit que le gribouillage mais chez le signataire, nous arrivons en toute discrétion sur la terrasse de notre bar préféré. Nous faisons une tournante dans les toilettes pour enfiler nos habits de lumière, et redescendons pour investir l'arrière salle.

Les avantages : Ils nous connaissent : Du coup, ils ne se formalisent pas du bazar intégral que nous mettons en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Ça braille, ça hurle, ça rie fort, très fort, trop fort probablement, debout sur les chaises, bras levés à la David Guetta !

Les inconvénients : Ils nous connaissent : Du coup, les verres tombent, et s'enchainent sans même avoir le temps de descendre de nos chaises pour les avaler dans l'ordre.

Un cocktail, un verre d'eau, un shot, un verre d'eau, un cocktail, un shot, un cocktail, un shot, un shot, un shot, un... Mmm... Un...

Un mal de crâne d'un autre monde, un verre d'eau, une aspirine, un verre d'eau, une sieste, un verre d'eau, une aspirine...

Plus que jamais, je n'ai rien vu venir ! D'ailleurs, j'ai encore du mal à me souvenir de tout ce qui est arrivé ! Imaginez un peu ça ! J'ai fêté mon Enterrement de vie de jeune fille ! Quelle cuite ! C'est dingue ! Pourtant, ma journée avait commencé comme toutes les autres ! Enfin, je crois ?